Un morceau de l’histoire d’Elancourt par Claude Stassinet

 

Bonjour à tous,

 

Préambule: J’écris ce texte à la suite de réflexions faites lors de la visite de la colline du 17 juillet où était présente une dizaine de personnes. Le but est de donner un aperçu de l’histoire de la colline. Nous ajouterons, si nécessaire, des dates. Par ailleurs, je donnerai, en forme de conclusion, ma vue de ce que pourrait devenir cette colline.

 

Mon père est un orphelin élevé à la fondation Mequignon. Il fait l’acquisition d’un terrain à Elancourt en 1952. Nous nous y installerons définitivement en 1957.

 

Mes années d’enfance se passeront dans un monde pas forcement idyllique car difficile et sans peu de confort. C’est le lot quotidien de la France populairede l’après guerre. Mais la liberté d’une campagne magique, lumineuse est réelle avec l’odeur des foins, des blés, des animaux dans les fermes et les sept mares avec ses grenouilles ses poissons…..

 

L’adolescence est plus délicate, il faut se bouger, rejoindre Trappes pour avoir une vie un peu plus active.

 

Elancourt n’était alors qu’un petit village de moins de mille habitants, y compris les enfants de la fondation Mequignon. Le maire du moment, M. Senechal, ne voulait pas de l’ implantation de la ville nouvelle sur le domaine d’Elancourt et, surtout pas, sur la partie du village. Mais nous sommes dans une époque où le béton devient un « dieu » et il faut absolument que les rêves mégapoliques de nos politiques prennent forme. Alors, la ville de St-Quentin en Yvelines va essayer de singer les réalisations britanniques. On sait déjà, à cette époque, 1968, que les infrastructures routières iront vers l’asphyxie mais rien n’y fera et surtout pas l’avis des riverains des communes qui vont constituer cette nouvelle ville. Certaines se retireront de l’aventure au cours du temps (Maurepas…) Certains individus dont je faisais partie proposaient des villes nouvelles plus lointaines de Paris (100km au moins) et surtout de forme différente qui respecteraient largement les différents écosystèmes (reprendre les idées du RAT (réseau amis de la terre de l’époque).

 

Pour mémoire, on ne peut entamer un système de compostage plutôt que le brulage d’ordures sur une échelle trop importante surtout à cette époque oùcompostage rime avec pensée rétrograde. L’usine d’incinération d’ordures ménagères implantée sur la commune de Plaisir sera la réponse, avec une production de gaz polluants de nature plus ou moins toxiques, voire cancérigènes, pour la population sous les vents. Aucune étude épidémiologique sur le secteur n’a été menée depuis. A cette époque, je tempêtais auprès de mon Père, alors maire adjoint à Elancourt, afin de ne pas réaliser cet équipement et de préférer d’autres méthodes. Nous étions, les écolos historiques, dans l’espoir d’une prise de conscience universelle qui devait mener le monde vers un plus d’humanisme et de responsabilité vis à vis des générations futures. L’histoire prouvera que nous étions de doux rêveurs, mais ils’avère que certaines utopies sont devenues réalité, la maison solaire de Reiser sera un exemple suivi.

 

Le béton envahira progressivement la globalité de la commune, quelques rares ilots de verdure subsiteront mais pour combien de temps. A coté du bassin des Réaux sur le CD 58, où restait encore une zone agricole, elle disparait complètement dans une opération immobilière contestée lors de l’enquête publique, mais qui finalement sera réalisée.

 

Mais revenons sur le sujet des carrières et la genèse de la colline de la Revanche.

 

L’ensemble des activités de construction humaine passe par la nécessité d’extraction de matériaux de construction dont le sablon pour les fonds de route, les assainissements, la pierre pour l’édification des bâtiments.

 

 

Dans Elancourt il existera plusieurs carrières de sablon :

  • chemin de la Coudriette, juste en partant du CD 23. Elle devient à la fin des années 50 la décharge des ordures ménagères du village. Des constructions particulières sont installées à cet endroit.
  • à la sortie du village en allant vers Ergal (route de Montfort, CD 23, sable jaune), pour mémoire elle existe dans les années 1920. Mon père en parlait déjà.
  • bois des Réaux (CD 23, commune de trappes, sable blanc)
  • chemin de Paris en arrivant au Launay (sable jaune).
  • en bout du chemin de la julienne (sable blanc).

 

Carrières de pierres:

  • zone de la revanche

 

Pour l’ensemble des carrières la stratégie sera toujours la même, extraction de sablon ou de pierres puis dépôts d’ordures, suivi de recouvrement de terres plus gravats pour finir par un surfaçage de terre végétale.

 

Les anciennes carrières situées sur le CD 23 sont désormais construites.

 

En ce qui concerne la Revanche son utilisation sera très différente et grandiose.

 

Jusqu’à ce que les systèmes de collecte des ordures soient totalement gérés de bout en bout, ce qui nous amènera dans les années 80, les ordures ménagères finiront dans différentes carrières de la commune. La revanche aura son lot quotidien pendant des années, le feu sera son corollaire. Les habitants ont subi pendant toutes ces années les panaches plus ou moins asphyxiants du résultat de ces combustions et le ballet des camions bennes vers la colline.

Mais pendant que l’on dépose des ordures, on continue à extraire le sablon nécessaire à l’édification de la ville nouvelle. Le comblement se fera donc aussi bien avec des terres de déblais, des gravats de construction mais aussi moult bidons de produits plus ou moins dangereux, de mousse de polystyrène qui deviennent le must de la construction dans les années 70. L’inventaire des déchets déposés relève du catalogue des matériaux de construction de l’époque. Le comblement n’est pas suffisant alors on invente la colline. Ce que vous avez actuellement devant les yeux correspond à la majeure partie des déchets produits par la mise en place de SQY.

 

Les autres carrières passées sous silence ont également reçu leur part non négligeable de déchets, mais désormais qui se rappelle de cette situation.

 

Je pensais qu’avec les années les appétits de bétonnage se calmeraient, que l’homme finirait par prendre en considération la nécessité de protéger son environnement. Loger les gens est une chose mais n’envisager qu’un aménagement de type profitable sans réelle concertation en est une autre.

 

Faut-il que le mégapolique reste la règle absolue ?

 

Il est plus que temps pour vos enfants et petits enfants de dire stop…… stop…… stop……!!!…..

 

Gebe dans les années 70 proposait de tout arrêter et de réfléchir, c’était l’utopie de l’an 01. Je suis un de ceux qui se disait que cette hypothèse serait la meilleure avant d’aller directement dans le mur. Si rien n’arrête l’homme c’est ce qui nous attend, voire l’allure du monde actuel….!!!….

 

 

 

 

 

 

En conclusion:

 

  • Je propose pour la colline de la Revanche un moratoire total, pas de skidome, pas de mise en valeur économique.

 

  • Un nettoyage de toute forme de pollution de surface et la recherche des zones plus à risques avec extraction et traitement des produits dangereux enterrés. Ces opérations doivent faire l’objet d’un contrat pollueur payeur, c’est la construction de la ville qui a pollué, la ville doit donc prendre en charge la dépollution.

 

  • Une recherche effective et non polluante d’éradication des plantes envahissantes (Renouée du Japon….).

 

  • Une mise en valeur humaine avec des tracés de chemins entretenus. Des zones impénétrables de type Natura 2000. Une surveillance continue du respect de non dépôts sauvages d’ordures avec une réelle sanction des contrevenants sous la forme d’une mise à l’épreuve par nettoyage.

 

  • Des tracés plus spécifiques et entretenus pour nos amis cyclistes sportifs.

 

  • Proposition d’itinéraires de promenades aux saint-quentinois, avec une volonté marquée d’initier les plus jeunes à une prise de conscience de la beauté de cette région. Classes vertes et découverte de la faune et de la flore.

 

  • La mise en valeur du patrimoine des sentes du village avec sa connexion évidente vers la colline, sente des Gâtines, sente de la cavée, chemin de la julienne…. Le maillage que nos anciens avaient créé est fantastique et devrait vous permettre de découvrir un aspect méconnu de ce fond de vallée que représente l’Elancourt historique. Je possède une copie du texte de description de ces sentes.

 

  • La mise en place d’une table d’orientation pour une bonne lecture depuis ce point de vue magnifique.

 

 

 

Posted in La Colline
4 Comments » for Un morceau de l’histoire d’Elancourt par Claude Stassinet
  1. Schwarz dit :

    Je suis née à Plaisir en 1955. À l’époque il n’y avait pas l’usine d’incinération qu’on connaît depuis (année de mise en service ?) et toutes les communes alentours déchargeaient leurs ordures par camions benne, ce n’était pas encore la construction de St Quentin et je pense pouvoir affirmer que lorsque celle-ci à commencé la colline ne servait plus de dépôt de déchets. On a même fait du parapente à une époque…
    Ceci dit aménager à cet endroit une piste de ski relève du délire pour toutes les raisons que vous avez citées. C’est devenu un endroit ou la nature a repris ses droits et où il fait bon se promener. Quelques aménagements paysagers suffiraient. Mais ça ne rapporte pas grand chose… Bonne initiative mais après ce énième projet sur ce site, qui sait ?

  2. usseglio savoia dit :

    J’ai connu cette situation ou les carrières ont été complètement comblées par les déchets de la ville nouvelle. Ma tant habitait encore à La Revanche et c’était un défilé permanent de camions venant décharger tous les détritus dans ces carrières de pierre de meulière exploitées par nos parents Piémontais de la région de GIAVENO, avec des odeurs nauséabondes qui se dégagaient continuellement.
    . Le sablon a été aussi prélevé quelques années après l’arrêt de l’extraction de la pierre de meulière et comblé aussi par tous ces détritus. Les sources ont été polluées TARTRIAUX un vrai scandale je ne sais pas si des mesures oont été effectuées mais cela devrait être réalisé. Al’époque nous sommes allés plusieurs fois manifester auprès du Maire G LEROUX.
    Le village a été déja assez malmené sans que l’on en rajoute

  3. Emily dit :

    Je envie votre capacité à publier merveilleux article sur amisdelarevanche.zonelibre.info voulais simplement dire que je aime ça!

  4. Sunny dit :

    poste de site exceptionnel . Je vais signet amisdelarevanche.zonelibre.info et vérifier beaucoup plus souvent . Je aime beaucoup le modèle de site Web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*