TV78 – Si On Parlait Sport du 3 juillet 2019

TV78 – Si On Parlait Sport du 3 juillet 2019

Le mercredi 3 juillet 2019, TV78 proposait un « spécial Paris 2024 » pour son talk-show Si On Parlait Sport. Une émission animée par Mickael Elmidoro, avec la participation de quatre invités ayant un lien professionnel avec le sport.

Lors de ce programme il fut évidemment sujet de l’épreuve olympique de VTT qui sera organisé sur la colline d’Elancourt. Il était évident que les protagonistes, le présentateur inclus, parlait en méconnaissance (ou en mauvaise-foi) de cause.

Dans le cadre sportif c’est très bien, la colline se prête aussi bien pour la ballade que pour l’effort physique. La Revancharde, course cycliste qui doit son nom au lieu-dit qui porte la colline où elle a toujours été organisé, est la preuve qu’on peut organisé un événement sportif sans impacte dangereux sur le site. Leur erreur est de négliger l’aménagement du terrain pour l’épreuve olympique qui pose un problème. En effet selon le plan d’aménagement, que Paris 2024 nous a autorisé à consulter, une réduction considérable de flore (abattage d’arbres, de buissons, de plantes…) est nécessaire pour permettre le traçage du circuit. Et en sortant du cadre sportif les protagonistes se sont discrédités. 

Hélene Delagrange inaugure le bal avec son raisonnement  » Je pense que ça a fait ses preuves si les organisateurs le décident et les participants acquiescent. « , quand on sait que les organisateurs ont pipés les dés et les participants sont mal informés on comprend que madame Delagrange n’a pas d’argument pour justifier son feu vert.

Yann Dujarier vante, quand à lui, les qualités techniques et télégéniques du site tout en affirmant aisément qu’il n’a  » […] jamais (fais) un petit tour sur la colline. « .

Quand à Mickael Elmidoro, il n’était pas très à l’aise ni sûr de lui quand il a posé la question d’un ton prudent :  » Il y a quand même un petit bémol : la colline d’Elancourt fait 230 mètres de haut mais c’est artificiel par ce que ce sont les gravats de l’ancienne Ville-nouvelle qui ont été déplacé cette colline […] il n’y a pas un petit bémol tout de même qu’il faut ajouter ? « .

Succédant aux rires gênés des invités, Basile Régoli affirme  » C’est devenue un espace naturelle aujourd’hui. » avant de préciser  » Quand on voit les images qui passent c’est vraiment un espace de verdure. « , car monsieur Régoli s’exprime selon les images que l’on veut lui montrer et ne cache pas son ignorance sur le sujet  » Moi non plus je n’y ai jamais mis les pieds « . Avant d’ajouter  » Les personnes qui ne sont pas du coins sont loin d’imaginer que c’était seulement autrefois une plaine qui a servi à construire la Ville-nouvelle et que ce sont les gravats de la Ville-nouvelle de SQY « , de quoi démontrer qu’on peut facilement tromper le public.

Yann Dujarier, qui rappelons-le n’a jamais mis les pieds sur la colline, affirme désinvolte  » C’est pas non plus un espace pollué hein !  » ponctué par les  » Non, non.  » de l’animateur qui avait pourtant le devoir d’éviter cette fausses information en argumentant au moins sur le fait qu’on ne peut affirmer une telle chose. Aucun document officiel ne rend compte des activités industriels capté par les photographies aériennes du Geoportail IGN.

Le parallèle est fait avec le Golf national qui a été modelé sur des gravats et Hélène clôtura le sujet avec une pensée optimiste :  » Franchement je pense qu’on s’en fout que ce soit fait avec des gravats ou de la réhabilitation. « .

En restant uniquement dans le cadre du sport, ils auraient évités des échanges de comptoir. Avec un journaliste qui avait réellement travaillé son sujet et des invités honnêtes dont au moins un ou une qui connait le sujet, l’émission aurait eu de l’intérêt.