Entre ville et village

Entre ville et village

 

Entre ville est village

De la terre au ciel

Beauté du paysage

Mélange de poubelles et de merveilles

 

Tu ne demande rien à personne

Qu’un peu de nature

De printemps et d’automne

Pour cacher tes ordures

 

Te vêtir de dignité

Pour qu’on puisse t’apprécier

Pour que ton histoire

Ne reste pas aus désespoir

 

Tu veux atteindre enfin

La paix éternelle

Les beaux lendemains

Couronné de soleil

 

Mais il y a des gens

Elus par nous

Pour la renommé et l’argent

Deviennent fou

 

Entre ville et village

Très haute dans le ciel

Leurs cerveaux t’envisage

Comme merveille industrielle

 

On pourrait attendre l’hiver

Que tombe la neige

Au rythme des tours de terre

Et de ses somptueux cortèges

 

Vivre, simplement avec toi

Libre sur tes sentiers, ton toi

Mais quand l’Homme est raison

Il n’y a plus de saison

 

Moi, je me promène toujours

Fredonnant si sage

Profitant des beaux jours

Entre tes feuillages

 

Mais il y a des gens

Inconnus de nous

Pour dépenser de l’argent

Jouerait les fous

 

Entre ville et village

Tu caresse le ciel

Mais dans tes sillages

Tu es artificiel

 

Nul n’imagine ce que tu cache

Au plus profond de ton cœur

Quels dangers, quels gaz

Quels déchets, quel malheur

 

Et ils sont bien fou

De vouloir bâtir ici

Sur toi, si près de nous

Toi la bombe endormie

 

Alors je laisse ma confiance

Aux merveilles de la nature

Sans réserve, ni méfiance

C’est mieux qu’un tas d’ordures

 

Mais il y a des gens

Qui se joue de nous

Pour avoir plus d’argent

Sont devenu fou

 

Entre ville et village

De la terre au ciel

Beauté du paysage

Tas de poubelles et de merveilles

 

Tristan Péribois

 

Posted in Arts et écris du citoyen, Blogue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*