La Maire de Plaisir confirme l’incertitude !

La Maire de Plaisir confirme l’incertitude !

22 décembre 2019 1 Par Les Amis de La Revanche

Dans L’Essentiel, mensuel municipale de Plaisir, du mois de Novembre le dosssier du mois est consacré à la nature. Un paragraphe est consacré à la colline du lieudit La Revanche. Seule tout sonne creux : le titre, l’histoire et la description de l’aménagement. La photo qui illustre est hors-sujet mais révélatrice : des champignons.

Le titre qualifie la colline de « côte », l’histoire est abrégé car on passe directement de la carrière à la friche. Quand à l’aménagement, il est dit que la « zone » sera renaturée pour « créer un espace naturel propice à la biodiversité ». Officiellement l’image de la colline est figé depuis 20 ans ! La création d’équipements de loisirs sont évoqués pour que les futurs promeneurs, car les, actuels sont rares et malheureux, puissent en profiter pleinement.

C’est donc tout naturellement que, comme je suis plaisirois, j’ai profité de la séance publique du Conseil municipal pour en parler à madame la Maire : Joséphine Kollmannsberger. Il faut d’abord noter sa manière d’être à l’écoute en prenant les gens pour des enfants (ou des cons au choix), ce qui fait que je me demande encore si elle a compris que j’étais un opposant. Elle s’est voulu rassurante « Ne vous inquiétez pas, si on a les Jeux Olympiques vous le saurez. » jusqu’à admettre « Il ne faut pas faire n’importe quoi, il faut faire quelque chose qui serve après et qui ne dénature pas la colline. Parce que c’est plein de déchets. Hein ? On est d’accord ! C’est plein de dechets.« . Il faut dire qu’elle n’avait pas compris qu’elle n’avait pas compris que je ne lui demandais si on a ou pas les JO mais pourquoi elle n’en a pas parlé dans L’Essentiel. Vient les révélations les plus intéressantes quand je lui ai reposé ma question : « Parce qu’on ne sait pas encore. » et de développer au fil de notre discussion « On attend la réponse de Paris 2024, ils hésitent vraiment entre Chamonix et Elancourt. » et de préciser « Ils étudient les deux dossiers. » avant de conclure « Même Jean-Michel Fourgous, le président de Saint-Quentin-en-Yvelines, ne sait pas.« .

De quoi garder espoir.